Faut-il privilégier les revenus passifs ?

Posté dans : Non classé | 1

Aujourd’hui, j’accueille David, le créateur du blog BonjourArgent. David m’a proposé il y a quelques

Je laisse donc la parole à David pour son article !

Gagner plus, tout en travaillant moins… C’est le rêve de nombreuses personnes.

Le problème, c’est que nous sommes bien souvent payés à l’heure pour le travail que nous faisons. Et même si l’on peut espérer une légère augmentation, nous sommes généralement « limités » par ce salaire horaire.

La solution ? Les revenus passifs, qui vont nous permettre de générer de revenus sans avoir à donner de son temps.

Des revenus déconnectés de notre travail.

Mais il faut le savoir : ce type de revenu ne s’obtient pas d’un simple claquement de doigts.

Faut-il les privilégier face aux revenus actifs ? Et quels sont les pièges à éviter si l’on souhaite mettre en place des stratégies pour générer des revenus passifs ?

Dans un premier temps, je vais vous présenter ce que sont les revenus passifs. Vous découvrirez les différents avantages liés à ces revenus (sécurité financière, possibilité de voyager,…), ainsi que leurs principales limites.

Je vous présenterai ensuite quelques idées de revenus passifs – afin que vous puissiez dès maintenant sélectionner une idée pour vous lancer.

I Présentation des revenus passifs

1 – Les limites des revenus actifs

Prenons l’exemple d’un salarié.

S’il souhaite percevoir des revenus chaque mois, il ne peut s’arrêter, sans motif légitime, de travailler.

Il devra donc nécessairement passer, chaque semaine, un nombre d’heures prédéfini à son poste de travail.

Et s’il souhaite gagner plus, cela risque d’être compliqué. Bien entendu, il pourra demander à effectuer des heures supplémentaires – mais ses gains supplémentaires seront limités si son salaire horaire n’évolue pas.

Est-ce réellement un problème ?

Sans compter le fait qu’il existe des sécurités (assurance chômage, assurance maladie,…) pour prémunir le salarié – au cas où il serait contraint de cesser son activité.

Mais ces sécurités ne vont lui apporter qu’un revenu de substitution – qui va se situer en général en deçà de son salaire. Elles ne vont par ailleurs lui permettre de subvenir à ces besoins que pendant une période limitée – le temps de trouver un autre emploi.

Et elles sont totalement absentes dans le cas d’un travailleur en freelance, qui est bien moins protégé. Le jour où celui-ci cesse son activité, il cesse également de recevoir des revenus. Et s’il n’a pas songé à économiser une partie de ses gains, il ne lui reste plus rien.

Alors que ce soit pour assurer sa sécurité financière, ou pour générer des revenus supplémentaires, il peut être intéressant de se tourner vers les revenus passifs. Des revenus qui n’ont (presque) plus besoin de vous pour être générés.

C’est le cas par exemple des revenus locatifs, ou encore des revenus liés à un placement financiers. Ils vont vous permet de percevoir des gains sans avoir à fournir chaque jour des efforts.

Et en plus de vous offrir une plus grande liberté financière, ils peuvent vous permettre pourrez jouir d’une autre liberté dont peu de salariés peuvent se prévaloir : la liberté géographique.

Mais il ne faut pas se leurrer.

2 – Les revenus passifs ne peuvent être générés sans un investissement préalable

Bien souvent, on vous présente les revenus passifs comme un moyen « facile » pour générer rapidement de l’argent.

« Machine à cash », « des gains en automatique »,… Les webmarketeurs redoublent d’ingéniosité pour vous appâter, avec des formules à même de faire saliver tout individu à la recherche de revenus faciles.

Ils vous font croire que vous pourrez gagner de l’argent sans avoir à fournir de travail, une fois que votre esprit se trouvera « sur la voie de l’abondance ».

La réalité est toute autre.

L’argent facile, sans travail ni investissement, ça n’existe pasSi c’était le cas, les millions de français qui exercent une activité salariée qui ne leur plaît pas auraient cessé de travailler depuis bien longtemps.

Je pense qu’il est intéressant de bien préciser de quoi on parle – et de se méfier du mot « passif », qui peut être trompeur.

Car derrière les revenus passifs que certains parviennent à générer chaque mois, il va se cacher au moins l’un de ces deux éléments :

  • Du travail: c’est par exemple le cas lorsque je rédige un article de blog. Si cela ne me coûte presque rien financièrement, c’est une activité très chronophage – je sais toutefois que je vais pouvoir ainsi recevoir des visites sur mon site pendant plusieurs années, de manière automatisée
  • De l’argent: c’est le cas par exemple de l’investissement dans des obligations boursières. Pour pouvoir percevoir chaque mois des revenus, il va falloir investir en amont une certaine somme d’argent – et être prêt(e) à ne plus pouvoir en profiter pendant un certain temps

3 – Ces revenus sont-ils si attractifs ?

Il existe des cas où les revenus totalement passifs relèvent avant tout du mirage.

Imaginons que vous créez une entreprise, et que vous embauchez vos premiers salariés. Pensez-vous véritablement que vous allez pouvoir « laisser tourner » votre business, en étant persuadé(e) que tout continuera à fonctionner pendant des années sans votre participation ?

Car vous aurez certainement du travail. Beaucoup de travail.

Il faudra :

  • Aider votre entreprise à rester compétitive
  • Ajuster vos actions marketing pour attirer de nouveaux clients
  • Susciter l’adhésion continue de vos collaborateurs à votre projet

Même si vous allez progressivement pouvoir vous défaire des tâches opérationnelles, c’est à vous qu’il revient la charge de définir la stratégie de votre entreprise, et de bien manager vos équipes.

Il y a, à mes yeux, d’autres éléments qui sont importants dans la vie : le fait de sentir que l’on apporte de la valeur à la société, les interactions humaines, le sentiment d’accomplissement…

C’est pour cela que je pense que les revenus passifs ne doivent pas forcément constituer une fin en soi. Et c’est aussi pour cela que des milliardaires comme Mark Zuckerberg continuent à se lever chaque matin pour venir travailler – alors qu’ils auraient de quoi vivre 1000 vies dans l’abondance financière.

 

4 – Mais alors, comment s’y prendre ?

Les revenus passifs doivent être vus différemment. Ils vont vous permettre de concentrer vos efforts là où vous pouvez créer de la valeur – et d’automatiser ce qui peut l’être.

L’objectif consiste à mettre en place des systèmes qui vont permettre à une partie de votre argent de « travailler pour vous », sans risquer de toute perdre.

Un entrepreneur pourrait par exemple :

  • Déléguer une partie de ses tâches, en embauchant un(e) salarié(e), ou en utilisant par exemple une plateforme comme Upwork
  • En automatiser une autre partie : en mettant en place un auto-répondeur pour relancer des prospects, en utilisant un système permettant d’automatiser le traitement des factures,…

Et un investisseur pourra rechercher activement de nouveaux supports pour placer son patrimoine – comme le font les Business Angels, qui sont sans cesse à la recherche de nouvelles « pépites » dans lesquelles investir.

Je pense d’ailleurs que, pour la plupart des gens, l’objectif n’est pas de pouvoir prendre sa retraite dès demain. C’est plutôt de parvenir à créer des sources de revenus pour libérer du temps, et utiliser ce temps pour créer de la valeur dans d’autres tâches

II Comment en profiter ? Les supports d’investissement les plus courants pour générer passivement des revenus

Vous souhaitez commencer à générer des revenus passifs ? Voici quelques idées qui vous permettront de vous lancer !

Investir dans un placement financier

Un exemple parlant ? Même s’il était possible de placer 100 000 euros sur un livret A (ce qui n’est pas le cas la limite étant de 22 950€), vous ne recevrez que 750 euros par an – soit 62,50 euros par mois. Pas de quoi aller bien loin.

Il va donc falloir ajouter « une dose de risque » à vos investissements, pour pouvoir profiter de rendements plus attractifs.

Il est par exemple possible d’investir simplement son argent dans des titres boursiers, et de récolter des revenus de manière passive : des dividendes ou des intérêts chaque année, ainsi que d’éventuelles plus-values lors de la cession de ces titres.

Vous pouvez également déléguer les arbitrages qui seront réalisés, en faisant confiance à un fonds d’actions – leurs gérants vont se charger de sélectionner les titres les plus prometteurs, moyennant des frais annuels.

Mais avec les placements financiers, attention aux pièges !

Un exemple ? Ceux qui vous font croire à des gains automatisés grâce à des paris sur des options binaires ne cherchent qu’une chose : vous vendre une formation hors de prix, ou recruter un nouvel affilié rémunérateur pour le compte d’un annonceur.

Investir dans l’immobilier

L’investissement immobilier possède un gros avantage sur l’investissement financier : la valeur de votre placement est moins dépendante de la conjoncture.

Et oui : quoiqu’il arrive, votre bien conserve sa valeur intrinsèque.

C’est la raison pour laquelle l’immobilier est considéré comme étant la « valeur refuge » par excellence.

Il va non seulement s’intéresser au montant de votre apport personnel, à la stabilité de votre activité professionnel, à votre taux d’endettement, à la manière dont vous gérez votre argent,…

Et même si vous possédez suffisamment de fonds pour acquérir un bien, il est souvent recommandé d’avoir tout de même recours à l’emprunt. Celui-ci va faire office d’ »effet de levier », et vous donner la latitude nécessaire pour réaliser dans la foulée d’autres investissements.

Pour accroître votre taux de rendement, vous pourrez mettre en location saisonnière votre bien immobilier –les revenus seront, du coup, « moins passifs », puisqu’il faudra s’assurer de la prise en charge de certaines tâches (ménage, remise des clefs,…)

Attention toutefois : ces revenus devront être déclarés dans la catégorie des BIC, et ce dès le premier euro.

Créer un site internet

Pourquoi ne pas créer un site ? Il pourrait vous permettre de gagner de l’argent de diverses manières :

  • En vendant des formations
  • En assurant la promotion de produits et/ou de services, grâce à des liens affiliés
  • En plaçant des publicités

L’avantage ? Vous n’avez pas besoin d’être derrière votre écran pour apporter du contenu à vos visiteurs – de leur envoyer les pages de votre site.

Mais cela ne signifie pas que tout ce sera automatisé. Il faudra mettre à jour régulièrement votre site au travers de nouveaux contenus, le faire connaître auprès d’autres blogueurs, être amené(e) à réparer certains problèmes techniques éventuels,…

Mon conseil ? Si vous êtes vraiment intéressé(e), privilégiez la rédaction de contenus intemporels (appelés «  » en anglais) – des contenus qui seront encore pertinents dans plusieurs années, et qui pourront vous rapporter des revenus de manière récurrente.

Privilégiez par exemple un article comme « le guide de la publicité Facebook », au détriment d’un article sur La Foire de Paris 2017.

Lancer son entreprise

C’est le rêve de pas mal de candidats à l’entrepreneuriat : créer leur propre entreprise, embaucher des salariés, et gagner de l’argent (presque) sans rien faire.

Sauf que dans les faits, ça ne se passe pas comme ça. Quelle que soit l’entreprise que vous allez lancer, il y a fort à parier que la concurrence est déjà rude dans son secteur. Il va falloir sans cesse vous battre pour convaincre et fidéliser des clients – et vous devrez nécessairement participer à la vie de votre entreprise.

Ecrire un livre

Pourquoi ne pas commencer à rédiger un livre ? Si vous n’êtes pas auteur(e), vous pouvez privilégier la rédaction de guides pratiques, qui permettront à vos lecteurs d’acquérir une compétence précise.

Vendre des photos

Vous aimez prendre de jolies photos ?

Plusieurs sites sont prêts à les accueillir ! Vous pourrez ainsi générer des revenus à chaque fois qu’une personne ou une entreprise voudra la télécharger, pour l’utiliser à titre commercial.

Créer un cours en ligne

Aujourd’hui vous pouvez facilement proposer des cours : pour partager vos connaissances sur Photoshop, le webmarketing, le montage de vidéos,… Et en tirer des revenus.

Il vous suffit de vous inscrire sur une plateforme spécialisée, comme Tuto.com ou Udemy

Vous recevrez du trafic continu sur vos formations grâce au référencement et aux diverses opérations marketing lancées régulièrement sur ces plateformes.

Si vos formations sont qualitatives et recueillent un nombre important d’avis positifs, vous serez ainsi en mesure de générer des revenus réguliers de manière totalement passive.

Vous cherchez d’autres idées pour vous lancer en tant que travailleur indépendant, et être en mesure de récolter des revenus passifs au fil des mois ? N’hésitez pas à lire mon article consacré au travail à domicile en cliquant sur ce lien.

Cet article vous a plu ? Je vous invite à lire les articles suivants de Martin :

 

Une réponse

  1. Thierry HENRY
    | Répondre

    Salut David et
    Très bon article bien ficelé. Les revenus passifs tout le monde en parle mais très peu en ont de vrai rémunérateur et non chronophage.
    C’est sûre que si il n’y avait pas de fausse ou de mauvaises explication de ce qu’est réellement un revenu passif et les moyens de l’obtenir. Il y aurait moins de personne dessus par le travail ou l’investissement qu’il faut faire avant de pouvoir réellement en profiter.
    Merci pour cet article.

Répondre

Comments links could be nofollow free.