Pourquoi la retraite par répartition va disparaître?



ampoule-idee

Je n’aime pas faire de prédiction, dans la mesure où on se trompe souvent. Mais on peut raisonnablement penser que le système actuel de retraite actuel n’est pas viable.  Voici quelques explications qui vous expliquent pourquoi la retraite par disparition va disparaître, tout du moins diminuer très fortement au cours des prochaines années.

Un système de Ponzi

Le schéma de Ponzi à créer un système dont la viabilité n’est possible que lorsqu’il y a de nouveaux entrants. Bernard Madoff a repris ce principe. Il promettait des taux mirobolants, qu’il finançait en dépensant les sommes prêtées. C’est comme si je promettais 20% de taux d’intérêt. On me prête 100 000€. Je donne 20 000€. Il me reste 80 000€ (un peu plus disons  si j’ai placé les 100 000€ sur un livret à 5%, 100 000 + 5 000 – 20 000 = 85 000€) et 100 000€ de dette envers le créancier). Mais la personne, toute contente d’avoir 20 000€, fait de la publicité et me permet de récolter 1 million d’euro. J’en donne 200 000€ (20%) etc. Je dépense de l’argent que je n’ai pas gagné et ca me permet de récolter beaucoup. Mais lorsqu’aucun nouveau client n’arrivera, je ne pourrais pas financer le système. Je serais obligé de faire faillite. Au final, les premiers servis auraient été gâtés, les derniers ont tout perdu.

Le système de retraite par répartition, un système de Ponzi

Le système de répartition est à la base un beau système de solidarité intergénérationnelle. Mais cela ne reste jamais un Ponzi qui fera faillite tôt ou tard. En effet, les postulats de base qui rendent le système viable sont :

- 2,5 enfants par femme

- 4 à 5% de croissance économique par an

- 2 à 3% de chômage

- 70 ans d’espérance de vie

Démographie

2,5 enfants par femme impliquent un doublement de la population toutes les 3 générations. La retraite n’est pas viable en tant que soi, elle implique une hausse de la population. Sans faire de malthusianisme primaire, on le voit, un tel système n’est pas viable sur le long-terme.

De plus, en 2010, le taux de fécondité est de 2 enfants par femme… On pourrait compenser le problème du manque de naissance en augmentant l’immigration de main d’œuvre étrangère, mais cela risque de ne pas être très populaire…

Economie

La France a un taux de croissance depuis 1990 de 2-3% les bonnes années, 0-1% les mauvaises (moins durant les récessions). On pourrait sans doute faire mieux (en revoyant les nombreux gâchis qui existent), mais une croissance de 4 ou 5% n’est pas durable. Aucun pays développé n’a durablement un taux de croissance si élevé. Cela impliquerait de multiplier le PIB actuel entre 50 et 130 fois durant le 21ème siècle…

Quand un pays riche croit vite, ca peut être en raison de son rattrapage (Espagne durant les années 2000 ; Singapour, Hong-Kong), parce qu’ils ont un statut particuliers (exportateurs de pétrole, paradis fiscaux), ou sont en période très faste (bulle Internet aux Etats-Unis en 1999 et 2000), mais ce n’est en aucun cas durable.

Population active

Le taux de chômage est important. Les jeunes commencent à travailler plus tard. La population active diminue. Diminuer d’un point le taux de chômage permet d’augmenter de 250 000 le nombre de travailleurs. Mais cela implique de la croissance économique, substance dont ne dispose pas la France. (5% 1960, 2-3% années 1980, 0 à 2% durant les années 2000…)

Esperance de vie

La retraite a été instaurée quand les gens mourraient « jeunes » (68 ou 70 ans en moyenne en 1960). Or, l’espérance de vie est passé de 68 ans à 80 ans depuis 1960 et passera (sauf élément exogène telle que guerre ou épidémie) à 86 ans au minimum d’ici une trentaine d’année. Plus de retraités, moins de cotisants…

Quelles solutions ?

Quelles solutions pour augmenter les retraites ? Augmenter les impôts ? Ils sont déjà très élevés, ce sera difficile. On pourrait traquer les niches fiscales, augmenter la dernière tranche de l’impôt sur le revenu pour gagner plus et traquer les coûts à tous niveaux pour dépenser moins et financer ainsi les retraites. Mais cela implique un réel courage politique et quelques sacrifices de la part de Français. Cela ne passera donc pas.

On pourrait travailler plus longtemps. Mais quid des gens usés par leur travail ? Quid aussi des entreprises qui n’embauchent plus passé 45-50 ans ? Instaurer une loi obligeant les entreprises à embaucher après un certain âge ? Ca ne passera pas. On pourrait autoriser les gens à travailler autant qu’ils veulent. Apres tout, certains préfèrent le travail à la retraite. Mais ca ne passera pas, comme le montre l’exemple des chercheurs obligés de s’exiler aux USA pour continuer leur recherche et ne pas partir à la retraite.

Résumé

On le voit, le principal problème du financement de retraite est que ce système est fondé sur une croissance économique et démographique. Quand l’un ou l’autre part, le système est en difficulté. Et, avec peu de croissance, difficile de créer suffisamment d’emploi pour permettre aux gens de travailler plus longtemps et de donner un emploi aux jeunes entrant sur le marché de l’emploi. Sans compter tous les enjeux sociaux et culturels : les gens ne veulent pas travailler plus, ni cotiser plus.

On pourrait s’attaquer aux cadeaux faits aux entreprises non-innovantes (industrie lourde, services peu qualifiés) et investir cet argent dans la recherche. S’attaquer aux niches fiscales et aux plus riches mais on le voit, les restaurateurs obtiennent une baisse de TVA… Imposer des sanctions plus lourdes aux fraudeurs ? Imposer aux banques de jouer leur rôle – financer l’économie et les jeunes pousses innovantes ? Qui en aura le courage ?

On pourrait aussi diminuer significativement le montant des pensions, en indexant la retraite à la croissance économique, la démographie, l’espérance de vie, le taux de chômage… Mais cela passera mal.

La retraite, malgré son défaut –implique une croissance démographique – aurait pu perdurer avec une croissance retrouvée et les efforts des uns et des autres. Mais je n’y crois pas. Entre l’égoïsme des uns, la lâcheté des autres, les déficits des retraites – présent chaque année depuis des dizaines d’années – risque d’exploser à des niveaux inégalés. Capital.fr parle de 100 milliards d’euros en 2050.

Alors, quand on n’a pas le courage d’agir quand il en est encore temps (voir aussi réchauffement climatique), le système de retraite colmatera les trous comme il peut jusqu’au jour ou le retraite cessera… Prenez les devant et épargnez de quoi vous assurer votre propre retraite, car vous n’aurez pas de retraite (ou très faible)





Both comments and pings are currently closed.

14 Réponses pour le billet “Pourquoi la retraite par répartition va disparaître?”

  1. Livret A dit :

    A mon avis, il s’agit d’un problème d’une très grande complexité que même les experts ne savent pas quoi faire.

    D’ailleurs à un moment dans l’article, tu évoques le fait qu’il ne faut pas augmenter les impôts puisqu’ils sont déjà élevés.

    Je pense même qu’il serait intéressant de les diminuer afin d’encourager un maximum d’entreprises à rester et à ouvrir en France plutôt que de partir dans les pays voisins avec une fiscalité beaucoup plus intéressante.

    Par la même occasion, l’État devrait alléger la paperasse pour encourager les gens à se focaliser sur leur activité et non pas à perdre leur temps sur des documents de ce genre.

  2. martin dit :

    Tout à fait, je donne juste quelques points d’analyse – le but n’est pas au fond de faire des calculs compliqués, juste de dire que la proba que les choses empirent est importante, d’où prévoir son futur par l’épargne.

    Après je ne suis pas trop calé au niveau fiscalité, mais je pense qu’à l’alternative dépenser moins ou payer plus, il y a l’alternative augmenter l’efficience. Autre moeurs, autres habitudes, mais en Finlande, on dépense 1/3 de moins par lycéen et les résultats scolaires sont meilleurs (PISA). Prenez (au pifomètre) 2 millions de lycéens, qui coûtent 10 000€ par an… Que des petites choses qui au final font la différence.

    Je suis d’accord avec toi par contre que trop d’impôt tue l’impôt. Et qu’un riche qui part, c’est peut-être 10 emplois qui disparaissent, donc 50 emplois indirects, donc 200 personnes touchées indirectement (la famille…)

    Sinon l’Etat reconnait (parfois) ses points faibles, et c’est justement pour cela qu’il a créé le statut d’autoentrepreneur…

  3. [...] Épargner permet de préparer sa retraite. C’est un point capital puisque nous n’aurons sans doute pas de retraite. [...]

  4. Anaïs dit :

    Je ne sais pas ce que fera l’état d’ici 30 a 40 ans pour financer ma retraite et d’ailleurs je n’ai aucune influence la dessus.
    Ce que je sais c’est que les pensions n’iront pas en augmentant.
    Comme toi je pense qu’il faut s’attendre a ne rien avoir a l’age de la retraite.
    La génération précédente était sans doute plus insouciante, mais aujourd’hui on ne peut plus compter sur l’état providence.

  5. martin dit :

    Je pense pas grand chose, apres si on epargne et qu’il y a une retraite, le bonus est toujours agreable (donc on perd rien a epargner). Si on n’a rien epargne et qu’il n’ a pas de retraite, on n’aura rien. Bref, meme sans savoir, il y a tout a gagner a etre prevoyant et tout a perdre en ne l’etant pas.

    J’estime des maintenant que ma retraite je devrais me la faire moi meme…

  6. Oliva Wronski dit :

    Hi, quick question:, I manage a website as well and I almost never see junk comments for your pages. How can I find a way to stop all this? Do you just manually moderate all of it?

    http://thebestwordpressplugins.com

  7. martin dit :

    Hi Oliva

    I don’t validate automatically my comments, and delete all the junk I receive. But it’s not a big deal. People who already posted good content don’t need to be moderate any more, I only have to moderate new people, which means about 25% of the total of comments

  8. [...] plutôt que de continuer à foncer droit au mur. Ils ont compris, commme je l’explique dans cet article que la retraite va disparaitre si on ne fait rien. En repoussant l’âge de la retraite, ils [...]

  9. [...] pour acheter rapidement un studio et acquérir un patrimoine, pour préparer la retraite (condamnée à disparaître), mais sans aller aussi loin pour disposer d’un matelas de sécurité et limiter mes risques [...]

  10. gabriel dit :

    Seul point que tu oublie c’est que d’ici 510 ans je ne pense pas qu’il n’y aura que 86 ans d’espérence de vie mais beaucoup plus.

    Avec les projets de la nanotechnologie et la biotechnologie notre espérence de vie sauf cas contraire ( guerre ) va explosé.

    Tu as un résumé sur des-lires-pour-changer-de-vie : Serions-nous immortels ?

  11. martin dit :

    Dans 510 ans, je n’en sais rien. 50 ans tu veux dire, gabriel?

    Après il ne faut pas se leurrer: les nouvelles technologies ont un prix qui suivent une courbe exponentielle. Certes, passé un certain temps, les prix se démocratisent (exemple dans d’autres domaines: voitures et transport aérien autrefois réservé aux riches et accessibles à Mr Toutlemonde), mais que partiellement (80% des humains n’ont ni voiture et ne se déplacent pas en avion).

    Regarde aux USA: les riches ont une meilleure santé qu’en France, c’est indéniable. Après la santé est si chère qu’au final, avec les exclus de leur santé, leur espérance de vie stagne entre celui des Turcs, des Polonais et est inférieur à celui de Cuba…

    Le livre, est-ce un PDF ou un livre papier?

    Merci à toi Gabriel et bonne journée à toi

  12. [...] vous le savez, a mon humble avis, la retraite par répartition est inéluctablement vouée à disparaître. Si j’ai été pessimiste, tant mieux, mais dans le doute, mieux vaut prévoir. Le mieux [...]

  13. [...] Il resterait dépendant aux 2/3 de son boulot, mais bien plus serein. Des gros ruisseaux pour financer ses passions (un tour du monde…), un meilleur niveau de vie et son épargne, un pas vers son indépendance financière (d’autant plus qu’on n’aura sans doute pas de retraite…) [...]

Top