Réflexions sur l’argent

On a beau dire que l’argent ne fait pas le bonheur, il y contribue. Avoir de l’argent permet de ne pas stresser à l’idée de fins de mois difficiles. Cela permet de manger de la nourriture de qualité, de pouvoir voyager ou encore pouvoir s’offrir le meilleur médecin de la ville même si dépassement d’honoraire il y a. Alors comment devenir riche?

Pour avoir un bon niveau de vie, il faut

1) Avoir de l’argent. Schématiquement:

Argent = Quantité de travail * Qualité de travail.

Pour gagner plus, on peut travailler plus, mais ce n’est pas terrible (plus on travaille, moins on a de temps pour soi, sa famille). On peut aussi augmenter la « qualité » de son travail. Typiquement, trois leviers peuvent être actionnés

  1. Le nombre de personnes impactées
  2. La qualité de l’impact
  3. Le rapport de force

 

Un footballeur a un impact relativement limité (divertir, faire rêver…), mais il impacte des millions de gens. Au final, un footballeur peut gagner énormément. Après tout, si 12 millions de personnes donnent chacun 1€ au footballeur chaque année, celui lui permet de gagner 1 million d’euros par mois. Les revenus du footballeur viennent donc du levier A, de loin le levier le plus puissant. Les hommes d’affaires milliardaires profitent également du levier A. Si 1 milliard de personnes donnent 5€ chaque année à une organisation, cela fait 5 milliards de bénéfice à la clé.

Un chirurgien soigne peu de personnes dans la journée, mais compense cela par son impact, qui est littéralement énorme (sauver des vies) et par son rapport de force (numerus clausus, autorité naturelle du médecin) qui est en sa faveur: bilan: le levier B assure au chirurgien des revenus confortables. Pour actionner le levier B, le mieux reste de chercher l’amélioration constante (Kaizen), de se former et de créer un système qui travaille pour soi…

 

Dans tous les cas, sans le levier C, pas de salut. La majorité des agriculteurs vivent chichement alors même qu’ils actionnent plus que largement le levier A (un agriculteur nourrit 100 personnes) et le levier B (nourrir les gens c’est important) car le rapport de force (face aux géants de l’agroalimentaire et aux supermarchés) est clairement en leur défaveur. En revanche, les agriculteurs qui peuvent actionner le levier C peuvent s’en sortir. Je pense aux producteurs de champagne, qui, en faisant du marketing, du lobbying pour garder leur appellation, parviennent à générer des revenus conséquents

 

2) L’effet multiplicateur

Les deux principaux axes sont:

  1. Mutualiser: Vivre en colocation permet de mutualiser certaines dépenses et d’augmenter significativement (+ 20% / +30%) son niveau de vie à revenus constant. Même si vous ne vivez pas en colocation, il est possible de mutualiser un certain nombre de ressources (voitures avec Blablacar) grâce à l’économie collaborative.
  2. Niveau de vie: Gagner 3000€ ne donne pas le même niveau de vie selon si vous habitez en Corrèze, en Thaïlande ou à Paris… Au final, le mieux reste de gagner sa vie là où il y a beaucoup d’argent et de vivre là où le coût de la vie est relativement bas. Les frontaliers l’ont bien compris, même si la différence n’est pas toujours notable (les zones frontalières sont souvent relativement chères). Deux autres pistes permettent de décupler son niveau de vie sans rien changer à ses revenus:

– Devenir digital nomade (travailler en freelance à distance: cours par webcam, graphiste…). En Thaïlande ou au Vietnam, on vit très bien avec 1000-1500€ par mois.

– Faire un métier qui ne vous oblige pas à vivre dans les zones où le coût de la vie est le plus haut.

Au final, sans même parler des autres ressources à votre disposition (produire soi-même une partie de sa nourriture et son électricité, générer des revenus du patrimoine indépendants de son travail…), pour avoir un beau niveau de vie, ce n’est pas nécessaire de travailler plus. Vous pouvez

> Chercher à impacter plus de gens

> Augmenter la qualité de votre impact

> Remonter la chaîne de valeur en créant un système qui travaille pour soi (plutôt que de travailler pour le système)

> Faire en sorte d’être du bon côté du rapport de force

> Mutualiser vos ressources

> Vivre dans un endroit où la vie est bon marché et agréable

 

Qu’en pensez-vous?

2 réponses

  1. Rattana
    | Répondre

    Hello Martin,

    Je suis d’accord avec toi sur l’argent, quand on en a assez on ne stresse pas à la fin du mois. Je travaille beaucoup dans le but de gagner plus pour devenir indépendante financièrement, j’espère en faisant cela j’arriverai à m’organiser pour travailler moins tout en faisant de la qualité 🙂

  2. martin
    | Répondre

    Bonjour Rattana

    Je te remercie pour ton commentaire. Concrètement, quels actions mènes tu pour atteindre ton objectif?

    Martin

Répondre

Comments links could be nofollow free.